Project Description

Eco Oro vs Colombia

LE DROIT À L’EAU POTABLE REMIS EN CAUSE PAR LES BÉNÉFICES DE L’OR

Eco Oro contre la Colombie

En février 2016, au lendemain de manifestations locales de grande ampleur, la Cour constitutionnelle colombienne sonne le glas d’un énorme projet d’exploitation aurifère de la société canadienne Eco Oro: les juges décident alors que toute activité d’extraction est désormais interdite au cœur des écosystèmes de haute montagne appelés páramos, dont celui de Santurban, choisi pour le projet Eco Oro. À peine un mois plus tard, l’entreprise fait part au gouvernement de son intention de solliciter un arbitrage d’investissement. Pire encore, la plainte de 764 millions de dollars d’Eco Oro semble avoir donné le coup d’envoi à toute une série d’attaques en règle de la part d’investisseurs.

“Notre or, c’est notre eau” et “l’eau avant l’or”1, tels sont les principaux slogans des quelques 40 000 manifestants opposés au projet minier du páramo de Santurban qui arpentent les rues de Bucaramanga, dans la région de Santander, en février 2011. Cette manifestation est le point culminant d’une longue bataille menée par ces Colombiens, vent debout contre un projet minier de grande envergure et pour la défense de leur droit à une eau potable.

[L’exploitation minière dans les páramos] constitue un abus flagrant des ressources naturelles et un déni du droit fondamental à l’eau.

Sénateur colombien Iván Cepeda2

Les páramos sont de précieux écosystèmes humides de haute altitude, qui constituent des sources vitales d’eau douce. Les páramos de Colombie fournissent 70% de l’eau potable du pays.3 Pour deux millions de Colombiens, le páramo de Santurban est la seule source d’eau potable propre. Mais le sol de ces écosystèmes fragiles recèle aussi de vastes réserves d’or, de charbon et autres minéraux, dont l’extraction est généralement considérée comme une « cause majeure de pollution des sols et des eaux » dans le pays.4

Les compagnies minières font de la résistance face à la réglementation mais le pouvoir populaire triomphe

Au milieu des années 1990, la société minière canadienne Greystar (rebaptisée depuis Eco Oro) est l’une des premières multinationales à obtenir des droits d’exploration de gisements d’or en Colombie. Son projet minier d’Angostura se trouve à proximité du páramo de Santurban, où ont été menées des opérations d’exploration et des études de faisabilité pendant plusieurs années.5 La fragilité et l’importance écologique des páramos n’avaient pas encore été officiellement reconnues par le gouvernement colombien.

C’est chose faite depuis 2010, avec l’entrée en vigueur des premières lois limitant l’activité minière dans les páramos. Dans un premier temps, Eco Oro et d’autres compagnies trouvent des moyens de déroger aux lois en poursuivant le développement de leurs mines dans des endroits depuis devenus zones de préservation de l’environnement.6 Mais en 2016, la Cour constitutionnelle annule toutes les dérogations à l’interdiction d’extraction en zones protégées.7 À l’époque, Eco Oro ne dispose pas encore de tous les permis nécessaires à ses opérations et n’a pas non plus commencé à extraire de l’or. En outre, le ministère colombien de l’environnement retoque l’étude d’impact préparée par l’entreprise en 2011.8

La protection de l’environnement prend ainsi le pas sur les droits économiques accordés à des particuliers… dans la mesure où il peut être prouvé que l’activité incriminée porte préjudice ou lorsqu’il y a lieu d’appliquer le principe de précaution afin d’éviter de nuire aux ressources naturelles non renouvelables ou à la santé humaine.

Cour constitutionnelle de Colombie9

L’affaire portée devant la cour constitutionnelle marque une victoire décisive au bout d’une longue période de résistance des citoyens, des ONG et des universitaires, sous l’égide du Comité pour la défense de l’eau et du Santurbán Páramo, une organisation regroupant 40 groupes représentant 75 000 personnes.10 Pour l’industrie minière en revanche, l’échec est d’autant plus cuisant que le tribunal décrète de manière catégorique que « les intérêts publics priment sur les intérêts privés », comme le déplorera par la suite une compagnie aurifère.11

« L’eau plutôt que les profits » conclut la cour suprême de Colombie, mais Eco Oro sollicite un second avis auprès d’avocats spécialisés en investissement

La riposte de l’industrie ne se fait pas attendre. Eco Oro poursuit la Colombie en s’appuyant sur le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS) prévu par l’accord commercial Canada-Colombie, court- circuitant ainsi les tribunaux colombiens. La plainte est déposée en 2016 auprès du CIRDI (Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements), le centre d’arbitrage de la Banque mondiale.12 D’après des informations fournies par les Nations Unies, la société réclame 764 millions de dollars d’indemnisation13 – soit plus du triple des 250 millions prétendument consacrés au développement du projet.14

L’entreprise fait valoir que les mesures prises par le gouvernement « ont fait fondre la valeur de ses investissements » et fait échec à ses « attentes légitimes »15. En réalité, le projet Greystar/Eco Oro était en proie à des problèmes dès le début. La phase d’exploration a duré jusqu’en 2004, avec des opérations en standby de 1999 à 2003. L’aménagement de la mine et son exploitation à proprement parler devaient commencer en 2008, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu.16 Le site minier a toujours été controversé et s’est heurté à une résistance de plus en plus vive au fil des ans. En fait, il semblait clair, dès 2010, que le gouvernement n’allait pas accorder le permis environnemental nécessaire à l’exploitation de la mine. Les services du bureau du procureur général de l’État ont jugé que «eu égard à la législation environnementale et minière en vigueur, le projet n’est pas viable».17

Les États ne devraient pas se voir sanctionnés pour avoir voulu protéger leurs sources d’eau, dans la mesure où leurs actions satisfont aux obligations nationales et internationales.

Carlos Lozano Acosta, Interamerican Association for Environmental Defense (AIDA)18

Comme bien souvent, les arbitres chargés de trancher cette affaire font peu de cas des doléances des personnes touchées par le projet minier. En 2019, ils rejettent une requête émanant du Comité pour la défense de l’eau et du Santurbán Páramo et d’organisations alignées, visant à apporter des preuves de l’impact potentiel de cette affaire en termes de droits humains.19

Conflits d’intérêts pour la Banque mondiale

Un tribunal de la Banque mondiale est alors appelé à se prononcer sur une éventuelle violation des droits d’Eco Oro. Mais la Société financière internationale (IFC), la division de la Banque mondiale consacrée aux investissements privés, comptait parmi les principaux actionnaires de la mine d’Eco Oro entre 2009 et 2015, avant de se retirer du projet20 suite aux révélations, dans le cadre d’enquêtes menées par des membres de la société civile, de l’absence de prise en compte des impacts environnementaux et sociaux de la mine, au mépris des règles régissant les investissements IFC.21 Outre le soutien financier apporté au projet, la Banque prétend également que l’exploitation de cette mine dans le páramos pourrait « se traduire par des avantages considérables et assurer la promotion du développement durable » de la région.22

D’un point de vue juridique, le conflit d’intérêts est indéniable. Difficile dans ce contexte de voir comment un tribunal arbitral d’investissement peut prétendre être objectif et indépendant dans ses évaluations des mesures prises par un pays pour protéger l’intérêt public.

Marco Velásquez-Ruiz, avocat colombien, à propos du soutien financier apporté à Eco Oro par la Banque Mondiale23

Comme si cela ne suffisait pas, Eco Oro peut également compter sur la générosité de
la société de capital-investissement Tenor Capital basée à Wall Street, qui finance la plainte à hauteur de 14 millions de dollars. En échange d’une portion de la sentence finale, Tenor prend à sa charge les frais de justice d’Eco Oro. Non seulement l’entreprise peut ainsi déposer sa plainte, mais elle dispose désormais de moyens financiers conséquents pour exercer une pression supplémentaire sur la Colombie.24

Les demandes d’arbitrage pleuvent sur la Colombie

En 2018, deux nouvelles compagnies minières canadiennes, Red Eagle Exploration25 et Galway Gold,26 adressent leurs demandes d’arbitrage en invoquant des motifs semblables à ceux d’Eco Oro. Ces cas s’inscrivent dans le cadre d’une récente vague de 11 poursuites investisseurs-États rendues publiques, qui ont frappé la Colombie entre 2016 et 2018, la plupart découlant de la récente signature de traités de commerce et d’investissement avec le Canada et les États-Unis. La Colombie n’avait jusqu’alors fait l’objet d’aucune attaque d’arbitrage en matière d’investissement, mais comme nous l’avons déjà vu, il semble y avoir un effet boule de neige à mesure que se répand, parmi les entreprises et les avocats spécialistes en investissement hautement rémunérés, le bruit selon lequel les pays pauvres, sans les ressources nécessaires pour parer les attaques de multiples entreprises fortunées, font de formidables vaches à lait.

Télécharger l’affaire

Comment des financeurs tiers engrangent des millions en pariant sur les conflits d’investissement

Pourtant très contesté, le financement par un tiers (TPF) des poursuites en matière d’investissement est une pratique en pleine expansion. Un financeur – compagnie d’assurance, banque d’investissement ou fonds spéculatif dans la plupart des cas – prend en charge les frais d’avocat et de justice de l’investisseur en échange d’une part importante des sommes octroyées en cas de victoire. En règle générale, un financeur peut s’attendre à toucher entre 30 et 50% de la sentence finale ou trois à quatre fois le montant de son investissement.27 Ils ciblent en priorité les affaires dont l’issue attendue avoisine les 14 millions de dollars minimum.28

Parier sur des affaires se révèle très lucratif. Prenons l’exemple de Tenor Capital qui a subventionné l’action intentée par Eco Oro et Gabriel Resources contre la Roumanie (voir chapitre 3.1). Ce hedge fund de Wall Street avait investi la somme de 62,5 millions de dollars dans des poursuites engagées contre le Venezuela « en échange de 70,5% de la sentence ‘nette’… après paiement des créanciers et de l’administration fiscale ».29 Tenor a touché le jackpot lorsque le Venezuela a été condamné à verser 1,4 milliards de dollars.

Dans la même veine, ce sont plus de 100 millions de dollars américains qui, en 2017, sont versés à Burford Capital, autre financeur de litiges, lorsque l’Argentine a été sommée de payer 320 millions de dollars dans le cadre d’un procès intenté par une compagnie aérienne. Sachant que le fonds avait pris en charge une partie des frais de justice des investisseurs à hauteur de 12,8 millions de dollars, le retour sur investissement pour Burford est de 736 %.30

Ce mode de financement spéculatif qui, pour les entreprises, élimine le risque financier inhérent à une longue procédure, rend la perspective d’une plainte plus attrayante et viable et l’on peut s’attendre à voir le nombre de demandes d’arbitrage de ce genre se multiplier.

Le financement par des tiers dote une petite catégorie d’investisseurs de ressources encore plus abondantes pour entamer des actions déjà déséquilibrées à l’encontre d’États en difficulté.

Frank J. Garcia, Professeur & Dean’s Global Fund Scholar, Boston College Law School31

Télécharger l’affaire
  1. Vanguardia: Masiva participación en Marcha por el Agua de Santurbán en Bucaramanga, 6 October 2017; CENSAT Agua Viva – Amigos de la Tierra – Colombia: Agua antes que Oro: Miles marchan en defensa del Páramo de Santurbán, 27 February 2011. Spanish originals translated by the authors.
  2. David Hill: Colombian court bans oil, gas and mining operations in paramos, The Guardian, 21 February 2016.
  3. David Rivera Ospina and Camilo Rodríguez: Guía divulgativa de criterios para la delimitación de páramos de Colombia, 2011.
  4. OECD: Environmental Performance Reviews Colombia, 2014, 14.
  5. EJOLT: The Angostura Mining Project in the Paramo of Santurban, Colombia, Fact Sheet 002, 25 February 2013.
  6. Eco Oro Minerals Corp: Request for arbitration, 8 December 2016.
  7. David Hill: Colombian court bans oil, gas and mining operations in paramos, The Guardian, 21 February 2016; Corte Constitucional de Colombia: Sentencia C-035/16, Normas sobre creación y ampliación de áreas de reservas estratégicas mineras, 8 February 2016.
  8. Ministerio de Ambiente, Vivienda y Desarrollo Territorial: Resolución Número (1015), Por la cual no se acepta un desistimiento por motivos de interes público, se niega una licencia ambiental global y se toman otras determinaciones, 31 May 2011; Ministerio de Ambiente, Vivienda y Desarrollo Territorial: Resolución Número(35), Por la cual se resuelve un recurso de reposición en contra de la Resolución No. 1015 del 31 de mayo de 2011 y se toman otras determinaciones, 31 October 2011.
  9. Corte Constitucional de Colombia: Sentencia C-035/16, Normas sobre creación y ampliación de áreas de reservas estratégicas mineras, 8 February 2016, para 128. Spanish original translated by the authors.
  10. Comité Santurbán: Facebook page, 2019.
  11. Galway Gold: Galway Gold Comments on Colombia’s Constitutional Court Rescinding Mining Operations in the Paramo, 24 February 2016.
  12. Eco Oro Minerals Corp: Request for arbitration, 8 December 2016.
  13. UNCTAD: Eco Oro v. Colombia, Investment Dispute Settlement Navigator, 21 May 2019.
  14. Eco Oro Minerals Corp: Request for arbitration, 8 December 2016, 2.
  15. Eco Oro Minerals Corp: Request for arbitration, 8 December 2016, 4, 32.
  16. EJOLT: The Angostura Mining Project in the Paramo of Santurban, Colombia, Fact Sheet 002, 25 February 2013.
  17. Comité por la Defensa del Agua y el Paramo de Santurbán: Complaint presented to the office of the compliance advisor / ombudsman (CAO), 13 June 2012, 8.
  18. CIEL et al.: Organizations condemn Eco Oro Minerals’ warning that it could sue Colombia over efforts to protect water sources, Press release, 14 March 2016.
  19. Comité por la Defensa del Agua y el Páramo de Santurbán et al.: World Bank Arbitration Tribunal Refuses to Listen to Those Affected by Mining in Santurban, Colombia, News Release, 28 February 2019.
  20. AIDA: World Bank divests from Eco Oro Minerals and mining project in Colombian Páramo, Press release, 19 December 2016.
  21. International Finance Corporation (IFC): IFC Management response to the CAO Compliance Investigation on IFC’s investment in Eco Pro Minerals Corp., Colombia (Project #27961), 5 August 2016; Comité por la Defensa del Agua y el Paramo de Santurbán, national and international NGOs: Complaint to the Office of the Compliance Advisor/Ombudsman re. Colombia / Eco Oro-01/Bucaramanga, 13 June 2012.
  22. International Finance Corporation (IFC): IFC Management response to the CAO Compliance Investigation on IFC’s investment in Eco Pro Minerals Corp., Colombia (Project #27961), 5 August 2016.
  23. Marco Velásquez-Ruiz: La increíble historia de la demanda de Eco Oro Minerals contra Colombia, El Tiempo, 15 December 2016. Spanish original translated by the authors.
  24. Eco Oro Minerals Corp: A Path to Value for Angostura, Presentation to Institutional Shareholder Services, 4 April 2017.
  25. Red Eagle Exploration Limited v. Republic of Colombia (ICSID Case No. ARB/18/12).
  26. Galway Gold Inc. v. Republic of Colombia (ICSID Case No. ARB/18/13).
  27. Ashurst: Quickguides Third party funding in international arbitration, 4 September 2018.
  28. Ibid.
  29. Global Arbitration Review: Venezuela settles with Crystallex, 27 November 2017.
  30. Burford Capital Limited: Burford sells Teinver investment for $107 million, Press Release, 13 March 2018.
  31. Frank J. Garcia: The Case Against Third-Party Funding in Investment Arbitration, Investment Treaty News, 30 July 2018.

Affaires ISDS

“Tribunaux VIP” est publié par:

Ce projet est soutenu par:

Stop ISDS
Friends of the Earth France
mouvement ecologique